Clap de fin pour l'iPod nano et l'iPod shuffle

par Émilie Lapierre 62 vues0

Apple a officiellement retiré ses derniers iPod de son catalogue. La firme à la pomme avait déjà "tué" l’iPod à molette (l’iPod Classic) et n’avais plus mis à jour le nano et le shuffle depuis 2012 et 2010.

mort de l'iPod nano et iPod shuffle

Un clap de fin inévitable

Il faut dire que depuis la commercialisation du premier iPhone, les iPod devenaient clairement moins attractifs. Et il est clair qu’Apple n’a rien fait pour booster les ventes du baladeur musical. En effet, l’iPod s’est carrément retrouvé dans la catégorie « Autre » où se trouvent tous les accessoires Apple, perdant sa propre catégorie.

Alors bien sûr, il y’a toujours l’iPod Touch pour représenter la gamme mythique des iPod, mais il n’a d’iPod que le nom. Exit l’appareil qui sert à écouter de la musique et uniquement écouter de la musique : le Touch sait tout faire. Il peut même se connecter à internet en WIFI. Apple met presque plus en avant son côté couteau suisse (jumeau de l’iPhone, mais sans carte SIM) que sa capacité première à savoir nous permettre d’écouter de la musique.

Et autre preuve supplémentaire, Apple a augmenté la capacité de stockage (32go et 128go) et baissé le prix du Touch. Le Touch lancé en 2015 possède même la puce A8, la même que celle des iPhone 6 et 6 Plus !

Pourquoi continuer à acheter un appareil qui ne sait faire qu’une chose quand on peut avoir un appareil qui sait tout faire ? De plus, l’usage du streaming a changé les habitudes des consommateurs. Et les iPod nano et shuffle ne permettent pas d’utiliser cette technologie, et Apple Music par la même occasion. CQFD

Révolution musicale

Pourtant, les iPod ont marqué leur temps. Ce n’était pas le premier baladeur numérique, mais comme l’iPhone pour les téléphones, ils ont révolutionné ce domaine à tel point qu’ils restent les baladeurs numériques les plus vendus au monde avec environ 400 millions d’iPod tous modèles confondus.

Tout le monde se souvient de leur design légendaire, de leurs publicités « silhouettes » qui marquent les esprits et surtout leur capacité de stockage, réservé uniquement à la musique donc, était gigantesque pour l’époque : entre 5 et 10Go soit de 80 à plus de 170h de musique !

Voir aussi :  RIP : Apple rend obsolète 13 de ses produits

iTunes et l’iPod se seront aidés respectivement à s’améliorer et à grandir en popularité. S’il fallait uniquement un Mac lors de la sortie des premiers iPod pour gérer sa musique, l’arrivée d’iTunes change tout.

Désormais, il est simplissime d’acheter des morceaux à l’unité ou un album complet et de les transférer sur son baladeur, sans oublier la compatibilité avec Windows qui va apporter un nouveau public à l’iPod.

Ce fut le début de l’écosystème Apple qui n’a pas fini de s’agrandir avec le temps. Grâce à ce succès et à cette synergie, iTunes va permettre à la firme de Cupertino de s’imposer comme un acteur lourd dans l’industrie musicale. Un allié plus que bienvenue par les majors de la musique, en pleine guerre contre le téléchargement illégal.

Enorme succès commercial

En 2003, le shuffle a également été une petite révolution : plus petit, moins cher, mais aussi… plus basique. « La vie est une succession de hasards », dira Apple pour justifier l’absence d’écran et le fait que l’appareil ne joue que les morceaux en aléatoire.

C’est dès 2004 que tout explose réellement avec l’arrivée de l’iPod nano : éditions collectors et limitées en partenariat avec U2, RED qui soutient la lutte contre le sida… L’iPod était même un objet connecté, car il se connectait déjà avec des baskets via un capteur Nike ! Il sera le lecteur MP3 le plus vendu au monde.

Car même si l’iPod a aidé Apple à faire son retour sur la scène high-tech dans les années 2000, il n’a plus trop sa place dans la stratégie d’écosystème que la firme à la pomme tient à garder.

Nous avons déjà évoqué l’impossibilité de se connecter à Apple Music pour écouter de la musique en streaming, mais il y’a aussi encore la bonne vieille prise jack, retirée des iPhone actuels. Steve Jobs n’a-t-il pas dit d’ailleurs, lors du lancement de l’iPhone que « c’était le meilleur iPod qu’ils aient jamais fait » ? La messe était dite, les derniers jours de l’iPod étaient comptés.

C’est donc la fin d’un chapitre de l’histoire de la musique qui se tourne avec l’arrêt de production des iPod. Reste encore l’iPod Touch mais pour combien de temps ?